21/05/2014

Musiciens locaux oubliés

Les nouveaux programmateurs de la Scène des Clubs des Fêtes de Genève, Isabelle Stefanini et Pierre-Michel Meier, sont deux personnes extrêmement sympathiques. Je dis ça sans aucun cynisme. Les fondateurs et organisateurs de la Fête de l’Espoir ont d’ailleurs prouvé, grâce à leur raout gratuit du Bout-du-Monde, qu’ils étaient en outre également généreux. Mais ces amoureux et passionnés de musique ont quand même un petit problème avec la scène locale.

En effet, comme l’a souligné l’association Genève Music dans un communiqué de presse envoyé aux médias jeudi 15 mai dernier, le duo a quasiment oublié les musiciens genevois lors des prochaines Fêtes de Genève. «Cette année, ces derniers se comptent sur les doigts d’une main (trois groupes genevois figuraient sur la programmation mise en ligne lundi 13 mai), contre plus d’une vingtaine l’an dernier, a constaté l’association. Cela alors même que l’invité officiel de cette année est… Genève qui fête le bicentenaire de son entrée dans la Confédération. Mais la Scène des Clubs du Jardin anglais, véritable vitrine musicale des Fêtes avec plus de 50 concerts gratuits, verra s’y produire une majorité des groupes et orchestres venant de France».

En tout cas, il fallait oser. Car ne pas proposer (ou si peu) d’orchestres locaux lors des Fêtes de Genève qui vont fêter... Genève, c’est un peu comme avoir comme hôte d’honneur la Chine et ne pas proposer de stands culinaires avec du riz.

On dira que c’est le Grand Genève musical.

DTT

 

11:36 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

14/04/2014

Les mensonges du Président

 «Selon un document daté du 18 octobre 2013 que Le Temps s’est procuré. Il s’agit du projet de procès-verbal de la 30e séance du Comité de pilotage du CEVA, à laquelle François Longchamp a participé, aux côtés notamment de Michèle Künzler et de Pierre-François Unger. Il y est écrit noir sur blanc que «l’objectif de mise en service est fin 2017, mais que la situation est onze mois de retard».

Dans la Tribune de Genève, François Longchamp affirme pourtant n’avoir su que «le 6 décembre, soit trois semaines après les élections à l’exécutif genevois, que la mise en service de la liaison ferroviaire entre Cornavin et Annemasse (CEVA) serait retardée au 23 novembre 2018, au lieu de décembre 2017».

Il savait ou ne savait pas? Visiblement, il savait. Qu’il ne dise rien est une chose mais qu’il mente en est une autre. Bon, que François Longchamp se rassure, son poste de Président ne va pas trembler. Les gesticulations du MCG et de l’UDC ne changeront pas grand-chose, voire rien. Car les autres partis ne suivront pas.

Le problème est que ce type d’omission ne fait que renforcer le camp des abstentionnistes. Vous savez, ceux qui ne votent pas car ils disent que tous les politiques sont des menteurs et/ou des pourris. Enfin, les cachotteries du Président auront une autre conséquence, celle de voir voter les citoyens pour des formations politiques plus extrémistes.

Comme disait le génial Coluche: «C’est pas compliqué, en politique, il suffit d’avoir une bonne conscience, et pour ça il faut avoir une mauvaise mémoire!» Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer.

 DTT

16:52 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

07/04/2014

Guerre et paix, le paradoxe suisse

Comment peut-on avoir créé la Croix-Rouge, en être devenu le siège mondial, accueillir sur son territoire d’innombrables organisations officielles de paix et organisations non gouvernementales et acheter des avions de guerre? Henri Dunant doit se retourner dans sa tombe. Pays neutre et de paix,  la Suisse, en étant conséquente avec elle-même, ne devrait même pas avoir d’armée.

Riche état où les pauvres sont toujours plus nombreux, voilà-t-y pas que le Conseil fédéral demande au peuple d’engloutir des milliards pour acheter des avions qui ne serviront absolument à rien. Si ce n’est à enrichir des marchands d’armes et faire plaisir à des militaires qui vivent encore au XXe siècle. On croit rêver.

La chose apparait d’autant plus choquante lorsque l’on sait que les caisses de l’AVS ou de l’AI se vident à vitesse grand V. Il apparait ainsi que les priorités de nos élus – mais il est vrai qu’ils ne sont pas à plaindre – sont assez curieuses. Comment, en effet, peut-on investir tant d’argent dans des joujoux inutiles alors que nombre de nos ainés ou de nos handicapés ont de plus en plus de peine à vivre décemment?

J’ai envie d’être fier de mon pays. Je voterai NON au Gripen.

DTT

10:37 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |