10/03/2015

Thierry Apothéloz est-il encore socialiste?

Depuis des mois, le maire de Vernier semble s’éloigner de plus en plus des valeurs respectables que défend son parti. A un tel point que l’on est aujourd’hui en droit de se demander si l’élu est encore en phase avec ses camarades. En voici quelques exemples.

Lors d’une conférence de presse pour la présentation d’un concept de vidéo-surveillance, en avril 2013, l’élu rose s’affiche avec Pierre Maudet. Ce dernier souhaite installer des caméras en Ville de Genève. Aux côtés du magistrat PLR et en cautionnant cette démarche, Thierry Apothéloz est clairement en porte-à-faux avec ses camarades de parti qui sont contre ces caméras dans l’espace public.

Depuis des années, le PS s’impose deux règles, visant toutes deux à assurer un renouvellement de la classe politique: leurs élus ne peuvent siéger plus de trois mandats consécutivement et n’ont pas la possibilité de cumuler plusieurs mandats électifs. En août 2014, Thierry Apothéloz demande et obtient une dérogation pour briguer un quatrième mandat à la mairie de Vernier.

Les socialistes n’aiment pas ceux qui trichent avec le fisc. Ils sont contre les forfaits fiscaux. Dans le journal Le Temps, début mars, on apprend que le millionnaire Claude Berda,  financier du projet de l’Etang, récent naturalisé Suisse et jusqu’alors au bénéfice d’un forfait fiscal, part s’installer en Belgique où les riches paient moins d’impôts. Réaction de Thierry Apothéloz: «C’est une affaire privée qui ne me regarde pas. Ici, Claude Berda se donne les moyens de bien faire les choses et nous travaillons en bonne intelligence. C’est tout ce qui m’importe.»

«Le PLR représente exactement le contraire de ce pour quoi nous nous battons», déclarait Christian Levrat, président du PS suisse, dans les colonnes du Matin Dimanche, en août dernier. Faut-il encore ici rappeler que Thierry Apothéloz fait liste commune avec le PLR Pierre Ronget pour les prochaines élections au Conseil administratif?

Face à ce socialisme à géométrie variable, nous serions très curieux de savoir ce qu’en pensent la base et les électeurs du PS.

DTT

 

08:52 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

27/02/2015

Pierre Maudet, tout et son contraire

Jeudi 19 février dernier, le magistrat en charge de la sécurité et de l’économie s’est déplacé à l’Hôtel de Police pour répondre aux questions de son personnel au sujet de la LPol. Dans le dernier bulletin d’information de la police, le BIP No 74, il est largement fait mention de ce raout baptisé "Et si on en parlait avec… ?"

A lire ce BIP, plus de 80 personnes ont assisté à cette séance. D’autres sources parlent de 52 personnes, policiers et administratifs compris. Mais ceci est un détail. Ce qui est en revanche plus frappant est le double discours de Pierre Maudet. En voici quelques exemples.

En effet, à l’affirmation selon laquelle il n’y aurait pas les effectifs suffisants pour mettre en œuvre cette Loi, le magistrat assure devant «son» personnel que c’est faux. «Depuis plusieurs années, les effectifs de la police sont en augmentation, les écoles de police font le plein, les crédits d'engagement sont votés», affirme-t-il. La réalité est que l’on est très loin du compte, car malgré une prétendue augmentation, l’effectif actuel est d’environ 1300 policiers brevetés (gendarmes, PSI et PJ). Sur son site internet (pierremaudet.ch), le magistrat reconnait d’ailleurs que «le seul moyen de remplir les objectifs fixé par la LPol en termes d’effectifs: 600 policiers de plus d’ici l’entrée en vigueur de la Loi, soit 1’975 agents au total». Il faudrait nous expliquer comment il compte faire pour engager tant de monde si la LPol était acceptée.

Sur la question épineuse des Agents de sécurité publique (ASP), le magistrat n’admet pas que l’on dise que ce sont des policiers au rabais. «La nouvelle loi reconnaît le statut des ASP qui, je le dis clairement, ne sont pas des policiers puisque n'étant pas titulaires d'un brevet de police, tempête-t-il. Dès lors, ils ne sont et ne seront pas engagés pour des missions de police au sens pur». Bizarre car dans le GHI du 18 février, dans un sujet consacré à la police de proximité, l’un de ses secrétaires adjoints explique que «les effectifs de la police cantonale de proximité se montent actuellement à 151 agents, dont 28 assistants de sécurité publique (ASP). Pour fonctionner de manière idéale, il faudrait les augmenter d’environ 150 agents». Clairement, les ASP, qui sont de simples fonctionnaires (donc pouvant être étrangers et/ou frontaliers), ne se contentent pas de surveiller les ambassades.

Enfin, face à la possibilité, inscrite dans la nouvelle loi, de voir des tâches de police dédiées à des privés, Pierre Maudet affirme, là aussi, que c’est faux. «Aucune mission régalienne ne sera confiée au secteur privé», ajoutant que «la sous-traitance sera limitée à des circonstances exceptionnelles et dans le temps». Sans préciser, bien sûr, la nature de ces circonstances exceptionnelles ni la durée de ces missions. Et le magistrat a sans doute involontairement oublié de rappeler que des sociétés de sécurités privées effectuent DÉJÀ des tâches régaliennes, notamment dans certaines prisons et pour le convoyage de détenus…

DTT

 

10:56 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

25/02/2015

Polices cantonale et municipale, bonjour les doublons

Le 8 mars prochain, nous sommes appelés à nous prononcer sur une réorganisation de la police cantonale. Dans cette réorganisation est prévue la disparition de la gendarmerie en tant que telle puisque celle-ci sera divisée en trois: police-secours, police routière et police de proximité. Mais cette dernière existe déjà, elle est municipale.

Les agents de celle-ci, les APM, sont d’ailleurs dotés depuis plus d’an an de nouvelles prérogatives leur permettant théoriquement d’appliquer le code pénal pour de nombreuses infractions. En Ville de Genève, ils sont bientôt 200 et arpentent chaque fin de semaine les rues la nuit. Une loi est d’ailleurs à l’étude au Grand Conseil qui leur accorderait le brevet fédéral de policier. Ce qu’ils n’ont pas aujourd’hui, contrairement à tous leurs confrères du pays. Ce qui est déjà assez particulier.

Autre originalité de nos APM de la Ville de Genève, ils possèdent leur propre centrale d’alarme qui fait automatiquement doublon avec le fameux 117. Une bizarrerie puisque leurs collègues des autres communes, eux, travaillent en lien direct avec la police cantonale.

Résultat des courses, les APM de la Ville, qui patrouillent notamment à pied la nuit dans les quartiers et sont donc de fait sur le terrain, ne sont pas forcément contactés par les urgentistes du 117 alors qu’ils sont souvent déjà sur place! Cherchez l’erreur.

Ne serait-il pas logique, non seulement d’accorder aux APM le brevet de policier, mais également de fondre la police municipale au sein de sa grande sœur cantonale? Si l’on parle d’efficience, le mot est à la mode, on devrait sans doute commencer par fusionner ces corps.

DTT

 

09:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |