RESPONSABLES IRRESPONSABLES

Face aux attributions tant décriées dont bénéficient diverses sociétés extérieures et dont l’ampleur ne cesse de croitre, les responsables de l’aéroport ont été alertés depuis au moins trois ans. Que ce soit par le biais de certains membres du conseil d’administration, des syndicats ou encore par le parti socialiste, de nombreuses questions ont été posées à Corine Moinat, la présidente du CA et à Pierre Maudet, magistrat de tutelle à l’époque. Affirmer que ces personnes savaient relève de l’euphémisme, mais les réponses apportées aux questions dérangeantes laissent songeur.

Pour preuve, dans deux courriers datés du 10 mars 2016 pour l’un et du 16 mars pour l’autre, Pierre Maudet affirmait au PS et à un administrateur inquiet que «le processus d’attribution des concessions répond à un processus très rigoureux, calqué sur celui dévolu aux marchés publics et obéissant à des règles européennes qui s’appliquent en Suisse en matière de transport aérien».

Aujourd’hui, on le voit bien, personne ne peut objectivement dire ou écrire que ces attributions ne sont pas problématiques. Pour le moins. En mai dernier, on apprenait que le chef de la sûreté de l’aéroport et le directeur d’une entreprise de sécurité et de conseil genevoise avaient été interpellés par la police. Ces deux personnes sont prévenues de corruption active, corruption passive et gestion déloyale des intérêts publics. Elles sont actuellement incarcérées à Champ-Dollon. Hier, rebelote, les médias indiquaient que deux autres personnes liées à ces affaires de magouilles avaient été suspendues par la direction de l’aéroport.

Pendant ce temps, à notre connaissance, ni le magistrat de tutelle, ni la présidente du Conseil d’administration, pas plus que le directeur de l’aéroport, ne semblent inquiétés alors qu’il apparait évident qu’à aucun moment ils n’ont pris leurs responsabilités.

Ne serait-on pas juste un peu en train de se moquer des Genevoises et des Genevois ?

DTT

www.ghi.ch/le-journal/geneve/deux-employes-suspendus-geneve-aeroport

Commentaires

  • Merci pour cette belle analyse.
    Dommage que l'intéressé n'ait qu'une écoute "autistiforme" et une responsabilité politique inexistante en plus de se moquer de Genève et de ses citoyens(nes).

  • Voici comment je décode ces informations :
    La course en avant vers la promotion pour des hauts postes, tant dans le privé que dans l'administration publique vise un but inavouable, celui de devenir intouchable. Car on fait sauter les fusibles avant d'atteindre la centrale électrique.
    L'affaire Swissair a été pour moi révélatrice de la dégénérescence de nos institutions avec un Brugisser qui a foutu en l'air une entreprise de renommée mondiale en sortant avec un parachute doré de plusieurs millions. Ospel a définitivement enterré mes dernières illusions.
    Nous sommes des naïfs, et nous nous illusionnons sur notre capacité de décision que les élus entretiennent en vantant notre démocratie semi-directe. En fait nous sommes des pigeons qui s'émerveillent de la taille de leur cage.

  • Nous ne sommes pas des naïfs. Nous sommes des âmes courageuses qui résistons de toutes nos forces à une furieuse envie de tout foutre en l'air du sol au plafond. La Gauche se moque de nous en vantant une chimère appelée "vivre ensemble" qu'elle croit pouvoir gonfler à coup de repentances multiples et variées. La Droite nous enfume en faisant appel au "respect" plus souvent qu'un rappeur en plein deal avec un malandrin de n'importe quelle obédience. Le Centre nous taille des croupières en tentant de nous faire croire qu'il n'est ni de droite ni de gauche bien au contraire. Quant aux Extrêmes ils sont tellement perdus dans leurs lubies que l'on songe à leur envoyer la REGA pour les secourir. Il reste les Verts, mais clairs ou foncés ils n'annoncent pas le beau. Bref, sur le Titanic un orchestre jouait "Plus près de toi mon dieu" et, comme le dit l'humoriste, c'était sûrement à Neptune que cette musique s'adressait.

  • Admettons Otto, mais alors expliquez-moi pourquoi nous remettons en place toujours les mêmes ou leurs copies ?
    Je me suis présenté en indépendant à l'élection pour le conseil d'Etat en 2013, je suis passé totalement inaperçu et les quelques 1200 suffrages qui m'ont permis d'éviter la dernière place ne représentent pas même le nombre de chauffeurs de taxis de notre ville.

  • Bravo bien présenté. Force nous est donnée de constater que nous n'avons rien à envier au comportement de certaines personnes siégeant à divers postes en Afrique et en Amérique Latine.
    Corruption et magouilles ...... malheureusement notre ville (et notre pays) ne sont pas à l’abri.
    Le moment est venu de remettre de l'ordre dans ce panier de serpents (ou crabes)
    Il est impératif que notre peuple se soulève afin de nettoyer les écuries.

  • L'élection d'un indépendant est tout simplement impossible à Genève du fait du système politique qui tient de la partitocratie,
    davantage que de la démocratie.
    Les listes compactes et autres apparentements empêchent toute élection d'une personne hors appartenance a un parti politique.

  • Si je l'ai appris à mes dépens, ayant fait preuve d'une naïveté coupable, j'observe que votre commentaire vient confirmer mon constat.

Les commentaires sont fermés.