18/08/2015

Les aventures d’un chômeur senior en fin de droit

Voilà, l’heure du bilan est arrivée. Après 18 mois et des poussières de chômage, je suis parvenu au terme de mes indemnités. En septembre prochain, ce sont en principe les services sociaux qui prendront le relais de l’Office cantonal de l’emploi (OCE) afin que je puisse payer mes factures courantes.

Que dire? J’ai postulé, au bas mot, une vingtaine de fois pour des places  de travail, principalement dans la communication, au sein du Grand Etat et/ou d’institutions subventionnées par l’argent public. Non seulement, à ce jour, je n’ai pas trouvé de travail fixe, mais je n’ai eu que 3 (TROIS) entretiens pour un emploi. Je précise ici que ces occupations, objectivement, correspondaient totalement à ma formation de journaliste quinquagénaire.

Ainsi, malgré la directive cantonale qui vise à favoriser le retour en emploi des chômeurs il ne s’est donc rien passé. Pire, à une seule et unique reprise, l’OCE m’a assigné à un poste, qui plus est dans le canton de Vaud. Je rappelle que, théoriquement, tous les services publics à la recherche de personnel doivent contacter prioritairement l’OCE qui se charge ensuite de communiquer l’information au demandeur.

Peut-être suis-je une exception mais cela n’a pas fonctionné. C’est moi qui, à chaque postulation, précisait que je devais théoriquement bénéficier des avantages de cette directive. Rien n’y a fait.

Mais lorsque l’on sait que, au sein de l’OCE, c’est le service «employeurs» (https://www.ge.ch/emploi-entreprises/doc/contactsSE.pdf) qui est chargé du suivi et de l’application de cette fameuse directive et qu’ils sont moins de dix bipèdes à se consacrer à cette tâche, on se doute bien que cela est un peu léger pour s’occuper des milliers de chômeurs du canton.

Moralité: la préférence cantonale est sans doute une bonne et logique idée mais comme les moyens sont clairement insuffisants pour qu’elle soit appliquée (et c’est le cas), elle ne sert simplement et strictement à rien.

DTT

 

13:54 | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher Monsieur, cher Ami (si vous permettez),

Nous vivons malheureusement dans un monde où beaucoup d'incapables, des pistonnés, sont aux postes clés de l'état et au pouvoir et où les bien installés ne pensent qu'à leur propre salut en offrant des cacahuètes aux réfugiés.

Je n'ai qu'un seul conseil à vous donner: souriez face au pire et tout vous paraîtra merveilleux. La santé, surtout mentale, avant tout!

Vivement la retraite! Vivre avec peu mais vivre libre, loin de ce monde de plus en plus absurde du travail.

Cordialement, Hank Vogel.

Écrit par : hank vogel | 18/08/2015

Accroche toi Didier, il y a toujours un moment où cela tourne.

Écrit par : Pierre-Alain Gilliéron | 18/08/2015

Chômeur et senior, c'est vraiment cumuler les difficultés... Courage.

Écrit par : Déblogueur | 18/08/2015

Il y a quelques années les gens critiquaient les chômeurs car ils pensaient que c'étaient de fainéants. Heureusement et malheureusement beaucoup de ces gens-là sont au chômage et se sont rendus compte que lorsque vous êtes au chômage vous faites et refaites votre CV, vous l'adaptez au poste, vous voyez l'avenir positivement mais malgré tout ça il n'y a pas un poste pour vous. Pourquoi nôtre Confédération a ouvert les portes à tous les chômeurs de l'UE sans mesurer les conséquences? On avait déjà ces chômeurs mais les autorité s’en fichaient. La LACI s'est endurci au détriment de suisses ou permis C car il y a trop de chômeurs. Il ne fallait pas prévoir cela et protéger les employés qui étaient déjà en Suisse? Maintenant j’ai un voisin anglais, un irlandais, un allemand qui sont venus à Genève et qui ne parlent pas la langue mais qui sortent de chez eux tôt le matin pour aller travailler. Nos politiciens nous ont mis dans une telle situation de précarité, de désavantage malgré nos diplômes SUISSES. On trouve de supermarchés discount LIDL, ALDI, etc qui ont ouvert ses portes en Suisse et qui ont eu beaucoup de succès (malgré la qualité de leurs nourriture). Est-ce que c'est ça que nos politiciens voulaient pour sa population? Ils n'ont rien réfléchi, simplement ils se sont pliés aux demandes de l'UE. Les agences de placement publient beaucoup de postes « anglais langue maternelle » Je ne reconnais plus mon pays car on ne maîtrise plus rien. Moi aussi je serais en fin droit prochainement malgré mes diplômes/langues.

Écrit par : Dominique | 18/08/2015

Non vous n'êtes pas une exception. Je dirai même que vous avez de la chance que ces choses existent meme si elle ne fonctionne pas. Le problème est le même quand vous avez 25 ans...pas d'expérience pas d'emploi et très peu de mesure. Y a 10 ans j'ai galéré alors que mes qualifications étaient plutot bonne.
Quant aux nombres de personnes qui y travaillent, je suis le premier à dire qu'il y a un manque d'effectif, donc problème politique. Mais lorsqu'on entend des gens dire à longueur de temps qu'il y a trop de fonctionnaire ils ne se rendent pas compte tout est mal réparti. Le monde veut un monde libéral...il aura une gestion libéral qui voudra faire le plus avec le moins. Bonne chance en tout cas. Mon conseil, ne dépendre de personne, la seule vraie liberté

Écrit par : plumenoire | 18/08/2015

Il est facile de dire bonne chance ou de suggérer de sourire.

Etre en fin de droit comme arriver à la retraite peut être le moyen de commencer une seconde carrière à partir de chez soi.

Ses enfants éduqués, une mère de famille douée pour le dessin créa un atelier de peinture à l'intention des enfants de son quartier.

De son quartier... pour commencer.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18/08/2015

Attendez, le meilleur est à venir. Lorsque vous effectuerez le stage obligatoire de réinsertion, et qu'on regardera si vous savez correctement faire du collage et, monter des meubles en carton, là, votre fierté va en prendre un sacré coup. J'ai quarante ans, et malgré un stage d'une année, puis d'un autre de six mois, au sein de l'Etat, je tourne toujours autour de 2'200.- par mois depuis deux ans. Je précise bien entendu que j'ai malgré tout, j'ai réussi à ne souffrir d'aucune poursuite, et que mon certificat de bonne vie et moeurs est disponible de suite.

Une petite expérience au début de mon passage par l'OCE, période ou les TPG recrutaient une centaine de chauffeurs. Meilleur résultat de la cession et pourtant, aucun entretien avec les RH. Alors dès le départ, j'ai compris que la préférence au chômeur, qui plus est, suisse, n'était qu'une énorme arnaque.

La famille vous permettra de ne pas vous jeter sous un train, je peux vous le garantir. Et encore, dans mon malheur j'ai de la chance, je suis célibataire.

Écrit par : Laurent Lefort | 18/08/2015

Ex responsable d'un centre de contact pour les personnes en recherche d'emploi, à côté de l'ORP, canton de Vaud, dans ma commune pendant sept ans je tiens à dire combien les stages sans travail retrouvé en fin des quelques mois dès que le "couperet tombe" sont cruels quand-bien même le conseiller ORP vous parle d'expérience enrichissante.
L'un de nos amis qui avait effectué de nombreux stages sans avoir retrouvé d'emploi au dernier coup de "couperet tombant" s'en alla se baigner au lac. Il ne revint jamais. Il s'était noyé.

Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer... joindre à ses lettres d'offres d'emplois le plus de diplômes, certificats, etc., n'est pas forcément un atout.

Loin s'en faut.

Les personnes aux "ressources humaines" ne voient pas indiscutablement d'un bon œil de nouveaux arrivants qui seraient plus calés, expérimentés ou performants qu'eux-mêmes ou proches.

Lettres de recours, privilégier l'humain.
Fatigue, découragement, perte de confiance en soi sans jamais rien inventer de pas vrai ou invoquer une loi ou articles que les conseillers sanctionneurs connaissent parfaitement: ne jamais vouloir jouer au plus fin.

Eviter les argumentations "bras de fer"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 18/08/2015

Ma fille a 19 ans. Elle vote UDC. Je ne sais pas où elle est allée chercher ses influences, mais elle aime le drapeau et l'hymne national.
En revanche elle ne supporte juste pas les "frouzes", et le dernier article à ce sujet dans l'hebdo n'a fait que confirmer ses préjugés.
Si l'Etat ne fait rien, ça va dégénérer grave.
Viens faire le taxi, tu seras tranquille dans ta caisse, tu pourras écrire. Beaucoup. Parce qu'on passe pas mal de temps en station. Et tu paieras tes factures, sans rien devoir à personne.

Je me demande combien de lecteurs se retiennent de venir dire un petit mot sur ton billet...

Écrit par : Pierre Jenni | 18/08/2015

Ah, encore un truc au sujet de ma fille. Elle vient de me dire qu'au SIG du Lignon, y'a que des plaques françaises...
Je ne serais pas trop étonné, parce que la plupart du temps, lorsque j'ai affaire avec l'administration, je ne reconnais pas bien l'accent. Ou plutôt si, je le reconnais mais il vient de pas mal loin.

Écrit par : Pierre Jenni | 18/08/2015

Cher Tiergarten

En général, quand on cherche dans un autre domaine que le sien, on vous répond que vous n'avez pas le bon profil.

Écrit par : Alena Hochmann | 19/08/2015

Avez vous essayé de trouver un emploi dans un autre secteur que le votre en attendant?

Écrit par : Tiergarten | 18/08/2015

Cher Didier,
Tu sais /savais qu'il eu été, au regard de tes "amitiés particulières" de trouver un emploi auprès du Grand comme du petit état... suis mon regard.
Amitiés et courage

Écrit par : Schwarz | 18/08/2015

@Tiergarten, les gens qui sont au chômage en général cherchent plusieurs types de postes. J'ai plusieurs casquettes, j'ai acceptés de CDD mais malgré cela je suis à nouveau au chômage et encore au chômage!
@Pierre, ce n'est pas les français qui me dérangent car en Suisse romande on a dans nos origines mais ce qui me dérange c'est de voir mes voisins anglais, irlandais et allemand avec un air d'arrogance aller tôt le matin à son travail, ne maitrisent même pas les mots de politesse en français et ne s'intègrent pas dans notre pays, ils continuaient dans leur ghetto et les RH font tout pour leur faire plaisir (dans le secteur financier on engage plus facilement si vous avez une de ces trois nationalités). Le département de l'économie ne se rend pas compte de cette situation? il faut lire les journaux ou JobUPPPP pour se rendre compte combien de fois on vous demande l'anglais comme langue maternelle. Depuis quand l'anglais est une langue officielle de la Confédération. Et nos diplômes? Nos diplômes ne servent plus rien car on vous demande British ou CFA, etc quand vous êtes dans le domaine financier. Ce n'est plus mon pays, c'est le pays de l'UE car ils ont decidé notre sort avec nos politiciens laxistes.

Écrit par : Dominique | 18/08/2015

"Ce n'est plus mon pays, c'est le pays de l'UE car ils ont decidé notre sort avec nos politiciens laxistes."

Je m'excuse de vous le dire en raison de votre situation, mais franchement il faut revoir les résultats des dernières élections sur le canton GE!

Maintenant, il vous reste à faire campagne pour les élections fédérales de cet automne. Faut avoir le courage de dire haut et fort, que seul l'UDC défend les Suisses avant les autres! La Suisse, ses libertés, son indépendance vis-à-.vis de l'EU et sa souveraineté pour l'immigration massive notamment. Le PLR, le PS et les verdâtres de toute manière continueront à brader les intérêts des salariés suisses s'ils peuvent créer des majorités au parlement fédéral.

A vous de voir!

Écrit par : Corélande | 19/08/2015

Je ne comprendrai jamais les raisons qui permettent à un blogueur journaliste de ne pas participer aux discussions qu'il engage. T'aurais pas une idée ?

Écrit par : Pierre Jenni | 19/08/2015

Comme Suisse de France, j'ai connu trois ans de chômage après avoir perdu mon poste à Genève. A cette époque je fus indemnisé par la France. Après nombre de recherches infructueuses, je me suis lancé, avec ma femme, comme indépendant. Résultat : une affaire qui a tourné convenablement et nous a permis d'atteindre l'âge de la retraite. J'aurais pu en vouloir à Genève qui, à ce moment-là, a offert à des connaissances des formations complètes de reconversion alors qu'à moi rien n'a été offert puisque je n'étais pas un frontalier au strict sens du terme. Mais le ressentiment ne sert à rien et il faut dans toute la mesure du possible éviter de croire que tout ce qui nous arrive l'est à cause de "l'autre", et l'autre à Genève, c'est en général le frontalier...
Je n'aurai pas l'outrecuidance de donner un conseil et je sais la souffrance que constitue le chômage. Mais à force de chercher une solution, on finit quasiment toujours par trouver une porte qui s'ouvre, à condition peut-être de faire l'impasse sur certaines exigences "non négociables" comme le salaire et l'intitulé du poste. Dans votre situation et comme dans celles de beaucoup d'autres, je cite souvent Guillaume le Taciturne dont la devise était ."Il n'est point nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer.". Courage. Bien cordialement

Écrit par : Michel Sommer | 19/08/2015

Quand est-ce qu'on forme l'orchestre de rue "qui tue" ?
En foutant le "bordel", partout où c'est possible ?
Avec des textes qui "disent tout" et un "groove" qui "dérrassine" ?
Courage Didier.
De notre génération, nous sommes beaucoup dans le même genre de cas...

Écrit par : LOTZE Urs | 22/08/2015

18 mois, 20 postulations, un peu léger quand même...

Écrit par : davide | 25/08/2015

Vingt postulations pour des jobs ouverts à l'Etat, cher Davide.

Écrit par : Didier | 25/08/2015

@Dominique et tous les autres.
L'anglais ! Mais ne saviez-vous pas que la plupart de nos petites et grandes surfaces ne comprennent et ne parlent plus que l'anglais ?
La preuve ?
Il suffit de regarder leurs vitrines lors des soldes. Qu'y lit-on : SALE.
A croire que les soldes sont l'occasion pour ces entreprises de se débarrasser de toutes leurs saloperies crasseuses, à laver avant usage.
J'ai d'ailleurs innocemment posé la question à quelques vendeuses. Elles ont toutes été ahuries. "Mais non monsieur, ça veut dire moins cher". Ben évidemment, si c'est sale on ne peut plus le vendre au prix du neuf.

Écrit par : Lambert | 27/08/2015

Les commentaires sont fermés.