08/12/2014

Ni gauche, ni gauche

Sur Facebook et sur son blog, le riche député MCG Ronald Zacharias ne cesse de critiquer la gauche et de dénigrer toutes les personnes (ces parias profiteurs) qui ne paient pas d'impôts. Ceux qui, dans le langage courant ou la vraie vie, on appelle des pauvres.

Le député sait-il qu’à Genève vivent plein de gens à tout petit revenu? Une population qui se compose notamment de travailleurs mal payés, de chômeurs, de retraités. Ceux qui ne parviennent pas à boucler les fins de mois. Je suis même certain que nombre d'entre eux paieraient volontiers des impôts s'ils le pouvaient.

Ronald Zacharias, lui, affirme que la gauche «manipule, instrumentalise ou achète par le biais notamment de l'aide sociale (nos impôts) toute personne susceptible de voter pour elle». En clair, que cette gauche encouragerait les gens à profiter du système.

Naïvement, je pense plutôt que plus il y a de chômeurs et plus cela profite au patronat et à la droite. En ayant du choix de main d’œuvre, ces patrons (pas tous heureusement) engageront évidemment des employés moins chers.

Il fut une époque où le MCG se disait ni gauche ni droite, ce qui a d’ailleurs séduit de nombreux Genevois dont un grand nombre de pauvres qui devenus sont membres du MCG. Je serais aujourd’hui curieux d’entendre ces militants modestes lorsqu’ils lisent ou entendent les discours de Ronald Zacharias.

DTT

 

16:04 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Evidemment, vu comme ça...
Ni gauche, ni droite est un slogan porteurs de nos jours puisque ces distinctions ne tiennent plus la route.
Seulement voilà, le citoyen électeur met du temps à intégrer ces notions qui jusque là n'étaient pas remises en question. Il faisait partie d'une famille et ne s'encombrait pas de considération intellectuelles. Il faisait confiance à ses représentants qu'il avait contribué à élire.
La gauche a validé l'économie de marché et la droite a intégré le discours socio-écologique.
Le centre qui pratique cette fusion depuis longtemps passe pour une girouette, parfaitement illustrés par son président, il ne reste plus que les discours choc pour se démarquer, quitte à tutoyer la contradiction.
Mais franchement, pensez-vous que l'électeur y comprend quelque chose ?

Écrit par : Pierre Jenni | 08/12/2014

En l'occurrence, ce serait plutôt le contraire. Les petites gens et les bas revenus votent plutôt à droite, notamment pour le MCG. Le PS recrute surtout son électorat parmi les fonctionnaires, les employés moyens et certaines professions très bien formées, médecins, ingénieurs High-Tech, etc. Donc des gens qui n'ont pas de gros problèmes pécuniaires. Que les députés MCG aient une représentation de la sociologie politique genevoise digne d'un pochtron de bistrot nous en apprend surtout sur leur origine à eux...

Écrit par : Plouf Ploufovitch | 08/12/2014

Mais peut on vraiment totalement exclure que la dépendance aux aides sociales, "aspirateur a pauvres" selon une expression chère a la gauche, n'est pas réellement le fond de commerce de la gauche, notamment dans les centres urbains ?

Écrit par : Eastwood | 08/12/2014

Parce que sans doute ces personnes toutes honorables comme n'importe quels citoyens/citoyennes ont voulu être ... en difficultés financières.

En période d'élection et pour n'importe quels partis tout est bon à prendre pourvu que les voix s'alignent quitte à ensuite critiquer : c'est facile, pas cher et surtout cela permet d'accéder au pouvoir !!!

Écrit par : Marie | 08/12/2014

bonjour à toutes et tous

afin de rétablir l'équilibre..... et bonne lecture !

http://ronaldzacharias.blog.tdg.ch/archive/2014/12/09/mise-au-point-262682.html

bien à vous.

Écrit par : Thierry CERUTTI | 09/12/2014

Le mcg, parti de tous les excès ne s'inscrit sans doute pas dans la durée ... et tant mieux. Les prises de position contradictoires récurrentes entre son président et son président "d'honneur" le rendent de moins en moins crédibles. Le mépris affichés par les quelques grosses fortunes qui financent ce parti à l'égard des personnes modestes ne fait qu'accélerer le processus. Le mcg est en voie de décomposition avancée, et cette évidence n'échappera pas au plus aveugle de ses sympathisants.

La bêtise et l'arrogance affichées par M. Stauffer finiront le travail. Son porte-serviette Madeiros, incapable d'aligner deux phrases sensées, sera sans doute sur le podium pour applaudir le chef, comme d'habitude.

A quand l'explosion en vol ?

Écrit par : Galileo | 10/12/2014

"La gauche sait qu'un mal ou pas-logé vote à gauche et qu'un chômeur ou un travailleur insatisfait vote dans le même sens, pour ne prendre que ces exemples. Pour la gauche, sur le plan de ses intérêts électoraux, plus il y en a et mieux c'est." (signé Zacharias, relayé par M. Cerutti, ci-dessus)

Je ne sais pas si la droite sait, mais elle prétend en tout cas, qu'un mal logé ou qu'un chômeur vote à gauche. La nuance est d'importance.

Et pour la droite plus il y a de chômeurs et plus on peut faire de la sous-enchère salariale ?

En ce qui concerne les "intérêts électoraux" dont parle le sieur Zacharias, on se demande si les siens, via le MCG, ne sont pas surtout utiles à son avenir politique.

"A quand l'explosion en vol", demande Galileo. Le plus tôt possible sera le mieux.

Quand à M. Stauffer, mieux vaudrait-il pour lui de ne pas Pétain plus haut que son ...

Écrit par : Michel Sommer | 12/12/2014

Les commentaires sont fermés.