07/04/2014

Guerre et paix, le paradoxe suisse

Comment peut-on avoir créé la Croix-Rouge, en être devenu le siège mondial, accueillir sur son territoire d’innombrables organisations officielles de paix et organisations non gouvernementales et acheter des avions de guerre? Henri Dunant doit se retourner dans sa tombe. Pays neutre et de paix,  la Suisse, en étant conséquente avec elle-même, ne devrait même pas avoir d’armée.

Riche état où les pauvres sont toujours plus nombreux, voilà-t-y pas que le Conseil fédéral demande au peuple d’engloutir des milliards pour acheter des avions qui ne serviront absolument à rien. Si ce n’est à enrichir des marchands d’armes et faire plaisir à des militaires qui vivent encore au XXe siècle. On croit rêver.

La chose apparait d’autant plus choquante lorsque l’on sait que les caisses de l’AVS ou de l’AI se vident à vitesse grand V. Il apparait ainsi que les priorités de nos élus – mais il est vrai qu’ils ne sont pas à plaindre – sont assez curieuses. Comment, en effet, peut-on investir tant d’argent dans des joujoux inutiles alors que nombre de nos ainés ou de nos handicapés ont de plus en plus de peine à vivre décemment?

J’ai envie d’être fier de mon pays. Je voterai NON au Gripen.

DTT

10:37 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

"J’ai envie d’être fier de mon pays. Je voterai NON au Gripen."

Vous pouvez ajouter mon vote. :)

Écrit par : Patoucha | 07/04/2014

C'est un peu des lieux communs, mais qui n'en sont pas totalement faux pour autant:

"si vis pacem para bellum" et "tous les pays on une armée, si ce n'est pas la sienne c'est celle d'un autre".

Écrit par : Eastwood | 07/04/2014

Le plus grave dans cette affaire, c'est que nos élus ont trouvé le moyen de voter dans un premier temps le budget militaire, qui incluait cette dépense somptueuse, afin de nous dire aujourd'hui que, même en cas de refus, cet argent resterait dans le giron de l'armée et ne serait donc pas susceptible d'être réaffecté à d'autres départements.
Parfois je me demande comment il est possible que les Suisses, avec leur niveau d'éducation, se laissent pareillement mener en bateau.

Écrit par : Pierre Jenni | 11/04/2014

Les commentaires sont fermés.