17/03/2014

L’aéroport de Genève cartonne, les employés trinquent

«Le bénéfice net d'exploitation pour 2013 est en hausse à 72,3 millions (hors recettes exceptionnelles) avec un chiffre d'affaires de 376,3 millions de francs, grâce à une croissance du trafic passagers de 3,9%. Les recettes proviennent pour 51,7% du segment aéronautique (redevances passagers, taxes d'atterrissage), en hausse de 3,3% par rapport à 2012 et pour 48,3% du secteur non aéronautique (commerces, parkings, loyers), en hausse de 2,5%». Tout baigne? Pas vraiment car les petites mains, celles qui s’occupent des repas dans les avions, de décharger les bagages ou encore celles qui conduisent les taxis, tirent de plus en plus la langue.

Ces fameux employés, ceux qui, justement font vivre l’aéroport genevois, voient leurs conditions de travail se dégrader et leurs revenus, déjà modestes, se réduire encore. Ouf! Pierre Maudet, conseiller d’Etat et président du conseil d’administration, en est conscient. «Les pressions qui poussent les salaires vers le bas nous inquiètent. Je ne minimise pas les difficultés. Mais elles ne devraient pas être réglées par des actions intempestives, a-t-il déclaré. Cela devrait se passer différemment».

Différemment? Ben oui, ces derniers temps, des employés ont osé faire la grève. Mais ces débrayages n’ont sans doute pas été effectués de gaité de cœur. Lorsque des employés font la grève, en règle générale, c’est uniquement parce qu’ils n’ont pas pu dialoguer avec leurs employeurs.

On attend avec impatience les recettes miracles du magistrat PLR. Mais osera-t-il se mettre à dos les patrons qui dénoncent unilatéralement les conventions collectives de travail?

DTT

15:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.